Experts en droits humains

Les défenseurs, les experts et les professionnels des droits humains sont essentiels au travail de HRMI. Nous voulons que leur voix soit entendue et nous comptons sur leurs contributions, particulièrement pour notre enquête annuelle auprès d’experts sur les droits humains.

N’hésitez pas à partager des informations via notre enquête menée par des experts si vous y êtes invité ! Vous devrez remplir un questionnaire multilingue en ligne, sur le niveau de respect des droits humains dans votre pays. Le partage de vos connaissances en matière de violations des droits humains dans votre pays aidera à diffuser vos informations à un nouveau public.

Nous remercions chaleureusement tous ceux et celles qui ont apporté leur savoir-faire à la conception de notre enquête réalisée auprès d’experts des droits humains ou qui ont participé à celle-ci. Nous vous sommes vraiment reconnaissants de cette collaboration.

Notre enquête menée par des experts est réalisée annuellement de février à mars et a lieu dans environ 40 pays et territoires :

Samoa américaines, Angola, Australie, Brésil, îles Cook, République Démocratique du Congo, États fédérés de Micronésie, Fidji, Polynésie française, Guam, Jordanie, Kazakhstan, Kiribati, Kirghizistan, Liberia, Îles Marshall, Mexique, Mozambique, Nauru, Népal, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Niue, Îles Mariannes du Nord, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Arabie Saoudite, Îles Salomon, Corée du Sud, Tokelau, Tonga, Tuvalu, Royaume-Uni, États-Unis, Vanuatu, Venezuela, Vietnam, Wallis-et-Futuna.

Si vous souhaitez nommer votre pays pour qu’il soit ajouté à cette liste dans les prochaines années, veuillez nous contacter.

Pourquoi contribuer ?

Voici ce que d’autres en pensent :

« Les données comparatives sur les performances des pays en matière de droits humains sont un moyen utile pour tenir les gouvernements responsables. Le travail de l’Initiative pour la Mesure des Droits Humains dépend de la coopération des défenseurs des droits humains à travers le monde pour développer et partager les meilleures données possibles et pour utiliser les résultats qui en ressortent. »

– Kenneth Roth, directeur exécutif, Human Rights Watch

«Personne ne comprend mieux la situation des droits de l’homme dans un pays que les experts locaux et internationaux et que les militants travaillant à la réduction des violations des droits dans ce pays. En partageant vos connaissances, vous aiderez HRMI à créer les mesures les plus exactes possibles.»

– Brian Root, Analyste quantitatif, Human Rights Watch

«En Afrique, nous sommes contraints d’abandonner nos droits et notre dignité en échange de l’obsession du développement économique. Nous refusons de tout notre cœur, de toute notre raison et de tout notre corps. Nous menons un juste combat. HRMI est l’une des armes dans ce combat. Rejoignez-nous ! »

– David Matsinhe, Spécialiste du monde lusophone, Amnesty International Afrique australe

«L’information collectée par nos experts peut constituer une évaluation importante de l’impact des défenseurs des droits de l’homme, ceci dans un large éventail de pays et sur la durée. La lutte pour le respect universel des droits des individus à travers le monde nécessite de bonnes données. »

– Scott Edwards, Conseiller Principal, Amnesty International

Pour plus d’informations sur la manière dont nous recueillons nos données et sur nos motivations, veuillez consulter notre page mesurer les droits civils et politiques.

Qui sont les personnes sondées ?

Les personnes sondées sont des chercheurs et spécialistes en droits humains, qui sont en charge de projets dans un des pays étudiés. Ils doivent rentrer dans l’une des catégories suivantes :

  • Experts en droits humains (chercheurs, juristes ou autres professionnels), encadrant des manifestations liées aux droits civils et politiques dans un des pays étudiés. Ils peuvent travailler aussi bien pour des ONG internationales ou locales que pour des associations relevant de la société civile.
  • Journalistes traitant des problématiques liées aux droits humains dans un pays donné.
  • Collaborateurs travaillant pour une institution nationale de défense des droits de l’homme (INDH) d’un pays, à partir du moment où cette INDH a obtenu une accréditation de « statut A », c’est-à-dire qu’elle est conforme aux Principes de Paris.

Dans la majorité des cas, les personnes sondées vivent dans le pays à propos duquel ils nous fournissent des informations. Pour les pays moins ouverts, les personnes sondées seront basées en dehors du territoire national.

Afin de rester fidèles à nos principes et de rester indépendants, nous ne recueillons pas d’informations provenant des autorités gouvernementales ou des collaborateurs travaillant pour des ONG encadrées par les gouvernements.

Nous recherchons en priorité des personnes sondées qui ont accès aux sources primaires et qui sont souvent les premiers relais de ces informations sur le terrain. C’est pour cette raison que nous n’invitons pas les universitaires à participer à l’enquête.

Comme nous ne sommes pas en capacité d’examiner tous les profils des potentielles personnes sondées nous-mêmes, nous travaillons avec des ambassadeurs locaux et des partenaires de confiance qui nous aident à entrer en contact avec de potentielles personnes sondées qui répondent aux critères évoqués ci-dessus.

Les partenaires de confiance sont des collaborateurs d’ONG internationales certifiées pour les droits humains, des collaborateurs de petits réseaux d’ONG locales pour les droits humains, ils font partie de réseaux d’experts (comme les journalistes), ou d’institutions nationales de statut A pour les droits humains. Néanmoins, cette étude est complètement indépendante de ces organisations et celles-ci n’ont aucune responsabilité quant au travail que le HRMI fait. Quelques-uns de nos partenaires de confiance incluent : Amnesty International, Asia Pacific Forum, le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), Human Rights Watch (HRW), le Fonds pour les Droits Humains Mondiaux, ATLAS women et le Réseau international de journalisme d’investigation (GIJN).

Nous veillons scrupuleusement à protéger l’identité des personnes sondées, de manière à ce qu’elles ne soient pas mises en danger en partageant leur point de vue sur les événements qui font l’objet de nos enquêtes. Nous vous invitons à consulter nos conseils et notre politique de sécurité.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à HRMI. Nous vous invitons également à nous suivre sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook, et à vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici