Vous souhaitez obtenir les scores de l’HRMI en matière de droits humains pour votre pays ?

Ce qui est mesuré est amélioré. Si vous voulez que les droits humains soient prioritaires et améliorés dans votre pays, vous savez probablement qu’il est nécessaire de disposer de données solides et comparables au niveau international pour mesurer les droits humains.

On nous demande presque quotidiennement d’étendre notre travail de mesure des droits humains à de nouveaux pays. Si vous souhaitez que nous produisions des données pour votre pays ou votre région, voici comment nous pouvons travailler ensemble pour y parvenir.

En bref, nous prévoyons d’étendre notre travail novateur de mesure des droits civils et politiques à tous les pays du monde d’ici quelques années, ou dès que le financement le permettra.

Nous pouvons nous étendre à votre pays de deux manières. Appelons-les :

Option A : Mesure des données uniquement

Option B : Partenariat complet : mesure des données et création de plaidoyer

Pour chaque option, il y a trois choses dont nous avons besoin pour étendre notre collecte de données à un nouveau pays :

  1. Financement
  2. Une ou plusieurs personnes ressources pour devenir Ambassadeur de l’HRMI
  3. Les partenaires nationaux qui sont équipés pour s’assurer que la société civile locale et les journalistes peuvent tirer le meilleur parti des nouvelles données, pour conduire le changement.

La différence entre les deux options est le niveau de financement nécessaire et l’étendue du travail avec les partenaires dans le pays. L’option plein partenariat vise un niveau de financement plus élevé qui sera réparti entre l’HRMI et un ou plusieurs partenaires dans le pays. Il coûte donc plus cher que l’option données seulement, mais avec l’avantage que l’HRMI et le partenaire dans le pays travailleront plus étroitement ensemble pour maximiser l’impact des données résultantes.

Ce qui s’est passé jusque là

Nous avons déjà obtenu au moins quelques résultats en matière de droits humains pour 195 pays.

Notre travail de mesure des droits économiques et sociaux s’appuie sur les statistiques nationales, combinées à la méthodologie primée de l’indice SERF pour produire des scores mesurant la manière dont les pays utilisent leurs ressources pour réaliser les droits de leurs populations à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, au logement et au travail. Nous avons jusqu’à présent obtenu entre un et cinq de ces scores de qualité de vie pour 195 pays, et nous nous efforçons constamment de combler les lacunes.

En matière de droits civils et politiques – comme la liberté d’expression et l’absence de torture – il n’existe pas de statistiques nationales fiables que nous puissions utiliser. Au lieu de cela, nous allons directement à la source d’information, en interrogeant des personnes ayant une connaissance de première main de la situation locale et nationale des droits humains, comme les défenseurs des droits humains, les journalistes et les avocats. Nous demandons à ces experts locaux de répondre à une enquête détaillée sur la situation dans leur pays, puis nous utilisons des techniques statistiques avancées pour produire des scores qui peuvent être comparables d’un pays à l’autre, et dans le temps.

Il s’agit d’un processus intensif à gérer, et il faut en moyenne environ 20 000 USD par an pour chaque pays – cela inclut des coûts comme la traduction, la liaison avec les ambassadeurs, la recherche, la diffusion des scores des pays sur notre Rights Tracker, des niveaux élevés de cybersécurité, etc.

Pour cet investissement, nous pouvons produire des données comme les scores et les images ci-dessous :

Les scores de Samoa en matière de droits humains pour 2020, que vous pouvez explorer sur notre Rights Tracker.

 

Les scores pour le droit à l’alimentation en Asie du Sud. Explorez-les davantage sur notre Rights Tracker.

 

Résultats des États-Unis pour les personnes à risque exposées à des violations du droit de participer aux affaires publiques, HRMI 2020. Explorez d’autres données comme celles-ci sur notre Rights Tracker.

Il est important de noter que nous pouvons également montrer les tendances au fil du temps. Pour les droits civils et politiques, nous avons commencé à collecter des données en 2018, mais pour concernant les droits économiques et sociaux, nous disposons d’une dizaine d’années de données et pouvons montrer des graphiques de tendance comme celui-ci pour le Mozambique :

Tendances dans le temps pour le droit à l’alimentation au Mozambique. Explorez d’autres données comme celles-ci sur notre Rights Tracker.

En 2019, nous avons produit des ensembles complets de données – droits civils et politiques, ainsi que droits économiques et sociaux – pour 19 pays, et les données produites sont accessibles au public sur notre Rights Tracker.

En 2020, nous avons ajouté 21 nouveaux pays et territoires à la région Pacifique.

Votre pays sera-t-il ajouté à la liste en 2021 ? Bonne lecture !

Condition #1 : Pouvez-vous nous aider à trouver des financements pour votre région ?

Nous sommes une organisation à but non lucratif, financée par des subventions et des dons effectués par des personnes et des organisations qui voient le besoin pour de meilleures données en matière de droits humains.

Le coût d’une expansion de données seulement coûte environ 15 000 USD par pays par an. Pour cela, nous créons des outils puissants – disponibles gratuitement à tous – pour provoquer le changement et l’amélioration des vies des personnes autour du monde.

Ce n’est pas pratique pour nous de collecter ces fonds pour chaque pays – nous passerions tout notre temps à postuler pour des petites subventions et à fournir un suivi sur ces dernières à nos donateurs. Nous préférons de loin étendre ceci à un continent ou à une région à la fois, comme nous l’avons fait avec la région Pacifique – 21 pays à la fois dans ce cas.

Cette approche a aussi l’avantage de signifier que votre pays sera capable de se comparer avec ses voisins directs – ce qui donne une motivation supplémentaire aux gouvernement pour s’améliorer.

Avez-vous des idées sur qui pourrait sponsoriser notre expansion à un groupe de cinq pays ou plus, ou à une région entière ? Si vous ne savez pas à qui vous adresser, nous pouvons peut-être travailler ensemble ? Cela convaincra d’autant plus nos donateurs de savoir que vous avez besoin de nos données, que de dire à nos donateurs que notre travail est utile.

Les donateurs seront entièrement satisfaits de leur investissement. Nos données peuvent améliorer le discours civique dans notre région, permettant aux activistes et aux journalistes à fournir des arguments plus solides pour le changement et à convaincre les gouvernements à prioriser des objectifs mesurables en matière de droits humains.

Condition #2 : Qui va être l’ ambassadeur HRMI dans votre pays ?

Dans chaque pays où nous effectuons une enquête annuelle menée par des experts, nous travaillons avec un activiste des droits humains, notre Ambassadeur HRMI, qui aide à nous connecter à une population diverse connue, qui correspond à nos enquêtes.

Il s’agit d’un rôle volontaire qui prend 1 à 2 heures par semaine, pour seulement quelques mois dans l’année. Ces personnes incroyables font une grande différence dans notre capacité à produire des données de qualité. L’ambassadeur a besoin de faire la liaison avec l’équipe de HRMI (cela signifie dans la plupart des cas qu’ils doivent parler anglais), et doivent être bien connectés avec la communauté des droits humains dans leur pays.

En savoir plus sur comment devenir un ambassadeur.

Condition #3 : Nous avons besoin de partenaires nationaux pour tirer le plus possible des données que nous produisons

Pour le moment, nous avons fructueusement effectué nos expansions dans de multiples pays avec l’ambassadeur (une position de volontaire) comme seul partenaire national.

Nous voulons maintenant expérimenter un modèle de plein partenariat qui permettra l’utilisation de nos données par plus de personnes dans chaque pays qui participe.

Le modèle de plein partenariat a du sens pour les pays particulièrement étendus (comme l’Inde), complexes (comme la Palestine & Israël), ou les deux (comme la Chine), et pour les pays où nos partenaires nationaux sont particulièrement motivés à expérimenter de nouvelles façons d’utiliser nos données pour provoquer le changement.

Nous sommes encore aux premiers stades de développement du modèle de plein partenariat : ceci va inclure la collaboration avec les partenaires pour rechercher des fonds pour l’enquête et les projets de militantisme nationaux. Nos partenaires vont nous aider à recruter des candidats potentiels à l’enquête, et à adapter les campagnes de communication au contexte local, et à s’assurer que la communauté locale des droits humains peut créer des puissants outils pour le changement en utilisant nos données.

Le modèle de plein partenariat est plus onéreux, mais nous nous attendons à ce qu’il soit plus efficace.

Si vous êtes une organisation de société civique qui voudrait devenir l’un de nos partenaires pour solliciter conjointement des fonds afin de se lancer ensemble dans ce travail important, merci de nous contacter.

Merci de l’intérêt que vous portez à la HRMI. N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, YouTube, LinkedIn  et Facebook  et inscrivez-vous à nos bulletins d’information occasionnels ici